Travail avec d'autres Compagnies




Erik BARON

baron

Bassiste et compositeur, érik Baron explore la matière sonore et ses multiples applications en Concerts, Théâtre, Danse, Lectures, Audio-Théâtre, Arts visuels et Installations sonores. Il crée son propre ensemble d-zAkord, [groupe à géométrie variable de guitaristes et bassistes électriques] et collabore avec des artistes tels que Nadine Gabard, Muriel Barra, Cie Apsaras Théâtre, Kasper Toeplitz, Art Zoyd ... En tant que bassiste, il développe un jeu atypique avec ses instruments dont il obtient des sonorités originales en utilisant des accessoires excitateurs de cordes (pierre volcanique, éponges métalliques, ferrailles, archets …) qu’ il traite en temps réel sur ordinateur. Ce jeu hybride Bass|Ordi est un véritable orchestre au bout des doigts au service d’une musique vivante.
# www.asso.crim.free.fr/eb
# BassSolo youtube




Compagnie FRACAS

baron

Créée en 1997 par Roland Bourbon, la compagnie Fracas développe des créations artistiques musicales éphémères numérotées. En 2000, une carte blanche sera « offerte » à la compagnie par l’IDDAC au théâtre de Gironde de Saint Médard en Jalle. Aujourd’hui, Fracas a une grande expérience dans la création de spectacles musicaux, la rencontre humaine (concerts et enregistrements de disques avec les publics dit « atypiques ») ou encore le décloisonnement des différents genres artistiques...
# Cie Fracas




Denis TRICOT

patricia_capdevielle

« Mon métier est d’inventer et de fabriquer des spectacles dans des lieux, espaces partagés, où des gens passent, habitent ou travaillent. Ces personnes constituent mon public. Les spectacles prennent des formes multiples, forcément inattendues puisque la création est unique, pour ce lieu-là, dans ce temps-là. Ils sont des “envahissements” artistiques transversaux, éphémères et mobiles, à l’intérieur desquels on trouve des “acteurs” qui sont mes précieux partenaires. Cet art-là ouvre et expérimente sans cesse. Il s’offre de nouveaux espaces, ouvre de nouveaux regards, de nouvelles écoutes. Il expérimente, s’appuyant sur les pratiques et sur la créativité des partenaires qui entraînent là où mes outils seuls ne pourraient aller. » Denis Tricot, 2006
# www.denis-tricot.com







Rémi CHECCHETTO, écrivain

patricia_capdevielle



Rémi Checchetto écrit pour des metteurs en scène, des comédiens, des musiciens, des photographes, des danseurs, des plasticiens, des marionnettistes, des lecteurs...

Il a écrit de nombreuses pièces de théâtre mises en scène par François Lazaro, Gilbert Meyer, François Mauget, Didier Ruiz, Jean-Paul Rathier, Bernard Beuvelot, Loïc Méjean, Alexandra Tobelain..., « Mais... », « Le vent », « En vie », « Hou là ! », « Reine de mon palais », « Quel monde ! (fin de siècle) », « Quel monde ! (intime), « Dans l’intimité des cabines de bain », « Un terrain de vagues », « Manèges », « Ah ça non on n’est pas sur radio nostalgie », « Basta ! », « La salive », « Le murmure des pierres », « L’évidence de la confiture »...

Curieux des autres, sachant pertinemment que la vie est aussi ailleurs, il anime des ateliers d’écriture, mène des actions collectives, fabrique des expositions...

• Un terrain de vagues, coédition Script et théâtre des Tafurs, 2000.
• Manèges, éditions Lucie Lom, 2000.
• Portes, éditions Script, 2003.
• P’tit déj, éditions de l’Attente, 2003.
• Confiotes, éditions de l’Attente, 2005.
• Sur la ligne, éditions Quelque part sur terre / Festival d’Aurillac, 2005.
• Une disparition et tout et tout, éditions de l’Attente, 2006.
• Le monde presque seul, catalogue d’exposition de Mitsuo Shiraishi, 2006.
• Ciels (extraits), revue N4728, 2006.
• Valises, éditions Script, 2006.
• Là où l’âme se déchire un peu mais pas toute, Inventaire-Invention, 2006.

# Rémi Chechetto
# La mauvaise tête




Les Fleurs de Bach

baron

Julie Läderach et Chris Martineau ont en commun un double lien avec la musique contemporaine et les musiques improvisées. Parallèlement à leur engagement en tant qu’interprètes ou compositrices au service du spectacle vivant et de la création en collaboration étroite avec des compagnies, leur parcours est jalonné de nombreuses performances réalisées en France et en Europe, en relation avec l’image, la danse, le cirque, le texte ou l’architecture. Cordes frottées, pincées, claquantes ou même soufflantes, bois percuté ou caressé : l’instrument est avant tout un corps sonore mis en vibration. Une large palette de timbres anime cet élixir sonore. Les musiciennes voyagent entre des extrêmes, du plus intime au plus fracassant, créant ainsi des matières musicales inouïes.Les modes de jeu viennent se décliner dans un élargissement des potentialités des instruments et des techniques, dans un dépassement du geste et de la forme : accords exacerbés, modulations infinies, teintes de la plus grande clarté jusqu’au sombre ou saturé.
# facebook fleurs de bach
# vidéo